Qu’est ce que la naturopathie ?

Qu’est ce que la naturopathie ?

La naturopathie peut se définir comme une hygiène de vie adaptée à notre physiologie. Elle vise à préserver et optimiser la santé globale et la qualité de vie de chacun, ainsi qu’à permettre à l’organisme de s’auto-régénérer par des moyens naturels. Et pour cela, le naturopathe utilise 10 techniques, dont 3 fondamentales. Elles sont l’alimentation, l’exercice physique, la psychologie, les techniques manuelles, l’hydrologie, la réflexologie, les techniques respiratoires, la phytologie et les huiles essentielles, et enfin les techniques énergétiques (comme le magnétisme et les aimants) et les techniques vibratoires (utilisation des couleurs, rayonnements solaires et de la musique).

Quel naturopathe consulter ?

La naturopathie n’étant pas encore reconnue officiellement par l’état, cette discipline n’est pas encore protégée par un diplôme, et chacun peut se déclarer naturopathe. Ainsi, veillez-bien, avant de prendre RDV chez un naturopathe, à vérifier la qualité de sa formation. Toutes les écoles sont différentes : on peut apprendre la naturopathie dans une école privée, ou chez soi avec des cours papier, en plusieurs années d’étude ou en quelques jours de stage. La FENA (anciennement FENAHMAN) est la Fédération Française des Ecoles de Naturopathie. Elle regroupe depuis 1985 les écoles qui répondent à ses exigences d’enseignement, permettant de garantir la qualité de la formation, et donc de la profession de naturopathe. Elle a notamment élaboré le code de déontologie des naturopathes, ainsi que la charte de la naturopathie. L’OMNES est, quant à elle, l’association professionnelle des naturopathes depuis 1981, et réunit l’ensemble des praticiens dont la formation et la déontologie répond à ses critères. Vous pouvez notamment trouver sur leur site tous les praticiens certifiés.

De la même manière, chaque école met en avant ses propres spécialités. En effet, étant donné que la naturopathie utilise 10 techniques, chaque école choisit d’en mettre certaines en avant : certaines seront plus sensibles à la phytologie, d’autres à la dimension énergétique de l’être… et de même pour leurs élèves. Cela confère à la profession une grande richesse, car il me semble évident qu’aucun praticien ne peut exceller dans tous les domaines, même s’il reste avant tout un généraliste de la santé.

Ainsi, chaque naturopathe est différent, et je vous conseille de choisir votre thérapeute selon vos sensibilités personnelles. Puis, après avoir choisi à priori le praticien qui correspondait le plus à vos attentes, prenez rendez-vous. Comme pour toutes les relations thérapeutiques (psychologie, coaching…), la relation entre le naturopathe et son client est fondamentale, et il se peut que vous n’ayez pas “d’atomes crochus” avec le premier naturopathe que vous rencontrerez. Ce n’est pas grave ! Choisissez-en un autre, jusqu’à trouver celui avec qui vous pourrez développer une relation de confiance. Une partie importante de l’efficacité de la séance est liée à la qualité de la relation entre le client et son thérapeute, d’où l’importance du choix du thérapeute.

A présent, laissez-moi vous parler en quelques mots de la naturopathie que je pratique :

Education, responsabilisation et autonomie : Un des points les plus centraux dans ma profession est de rendre mes clients autonomes et responsables de leur santé. Les séances de naturopathie servent à enseigner progressivement les lois de la santé et les bases de l’hygiène de vie, pour que chacun devienne indépendant et capable de faire ses choix en conscience. Il ne doit pas y avoir d’interdits ni d’impératifs, mais je cherche à ce que chacun de mes clients ait toutes les cartes en main pour faire ses propres choix (en terme d’alimentation et dans sa vie en général), sans être “victime” des maladies “qui trainent” et qu’on attrape pour des raisons obscures.

La notion de terrain : En naturopathie on travaille avec nos clients sur leur terrain. Le terrain, c’est ce dont ils disposent, leur corps et leur mental. Ce terrain est individuel, et se définit par des forces et des faiblesses. Et notre but est d’améliorer et de soutenir le terrain de nos clients afin qu’ils puissent être et rester en santé. Tout comme les bactéries ne peuvent pas se développer sur un pain de savon, et que les moustiques apparaissent dans les marécages, le terrain de nos clients est, selon nous, la base de la santé ou de la maladie. Bien évidemment le terrain ne fait pas tout, et malgré un corps en bonne santé des maladies peuvent s’installer, des virus se développer… et des accidents arriver ! Mais nous nous efforçons de réduire au maximum les risques, pour mettre toutes les chances de notre côté ! Et comment on travaille sur le terrain ? Par le biais de l’hygiène de vie, bien sûr ! Pour cela, privilégions les petites habitudes bénéfiques plutôt que les gros bouleversements uniques (l’idée bien connue de faire plutôt 3 fois une heure de sport par semaine plutôt qu’une après midi entière tous les deux mois).

Prévention : Même s’il est plus fréquent, à l’heure actuelle, de consulter un naturopathe lorsque l’on est malade, le naturopathe a avant tout un rôle de prévention. Le travail avec un naturopathe est long, car nous travaillons sur l’hygiène de vie de nos clients. Pas de produit miracle qui fonctionne instantanément, ni de méthode universelle ! Nous savons que les habitudes de vie peuvent prévenir et corriger un grand nombre de maux, et c’est précisément l’hygiène de vie de ces dernières dizaines d’années qui nous ont progressivement affaibli.

J’en profite pour vous rappeler que le naturopathe vous propose un programme d’hygiène vitale, qui contient des conseils à suivre. Le naturopathe n’est pas médecin, ne réalise pas de diagnostic et ne fait pas de prescription médicale. De la même manière, jamais un naturopathe ne vous demandera d’arrêter un traitement médical prescrit par votre médecin, ou de le remplacer par une “alternative plus naturelle” sans l’accord de ce dernier.

Holisme : Nous considérons que nous n’existons pas que sur un plan physique, mais également sur d’autres plans comme le mental, l’émotionnel, l’énergétique… Et chaque plan influence et est influencé par les autres. Tout est lié ! Nous avons tous vécu au moins une fois cette expérience, le ventre serré le matin d’un examen, à cause du stress (notre repas du matin n’étant hors de cause). Ainsi, un même symptôme peut avoir des causes sur différents plans. De plus, le holisme nous invite à rechercher des causes plus loin que seulement sur l’organe fragilisé. Des glaires tous les matins au réveil ? Les poumons sont bien sûr à interroger, mais également le foie, les intestins, l’alimentation, l’exercice physique…

Causalisme : Alors que la médecine allopathique s’intéresse prioritairement aux symptômes, et utilise des médicaments pour les faire disparaitre (j’ai mal au ventre, je prends un médicament pour ne plus avoir mal), la naturopathie s’intéresse aux causes des symptômes, en suivant une double logique. D’abord, si l’on supprime la cause, la conséquence (le symptôme) disparaitra aussi. Ensuite, si l’on supprime le symptôme sans chercher à supprimer la cause, le symptôme finira probablement par revenir (sous une forme ou sous une autre). Les symptômes sont pour nous des alertes que quelque chose ne va pas dans le corps. Des produits de confort (médicament ou leur équivalent plus “naturel”) peuvent tout à fait les rendre plus supportables le temps que l’on recherche et élimine la cause, mais ils ne doivent pas être une fin en soi. Inutile de rester avec une rage de dents pendant des jours sans se soigner, sous prétexte qu’il faut chercher la cause de ce mal !

Vitalisme : Selon les naturopathes, le corps est porteur d’une énergie vitale (que l’on appelle la force vitale), qui lui permet de s’auto-régénérer. Cette force vitale est présente tout au long de notre vie, et peut être simulée (ou mise à mal) par notre hygiène de vie. Ce n’est pas le naturopathe qui guérit son client. Et ce n’est pas non plus un complément alimentaire qui va se charger de la guérison d’une maladie : le complément alimentaire (et de manière plus large toutes les modifications apportées à l’hygiène de vie) va stimuler la force vitale de l’individu, qui va ensuite pouvoir s’auto-guérir.

Complémentarité : De nombreux clients se tournent vers la naturopathie et les “médecines alternatives”, car ils ont été déçus de la médecine allopathique et souhaitent un tout autre modèle de soin. Je pense que chacun a sa place. La naturopathie devrait à mon sens être à la base de la santé, en utilisant des techniques quotidiennes non invasives pour soutenir la santé physique et psychique (grâce à l’alimentation, l’exercice physique et les autres techniques) ; et la médecine être à la base de la maladie et de l’urgence. Soigner des pathologies lourdes ou guérir des pathologies lésionnelles, ce n’est pas du ressort du naturopathe. Par contre, nous pouvons tout à fait intervenir pour estomper, avec nos techniques naturelles, les effets secondaires des traitements lourds, le tout en bonne entente avec le système médical.